Category

Economie

Té, traiteur éthique : L’insertion par la restauration

By | Economie, Revue de presse, Société | No Comments

Chez TÉ – Traiteur Ethique, l’innovation est culinaire, environnementale… mais aussi et surtout sociale. Son ambition est de proposer des postes à forte valeur ajoutée à des personnes en situation d’insertion professionnelle (commis, serveurs, logisticiens, chauffeurs…).

TÉ – Traiteur Éthique est construit selon un modèle économique qui exclut tout versement de dividendes à des personnes physiques. Lucrativité limitée et capitaux 100% associatifs : le modèle alternatif prouve que l’on peut bâtir et pérenniser une activité économique tout en ayant un fort impact social.

Les résultats sont éloquents : 60 personnes embauchées et formées chaque année, près de 500 personnes embauchées et formées depuis 2001, 79% de sorties dynamiques (sorties qui débouchent sur un emploi ou sur une formation), 54% de sorties durables (sorties qui débouchent sur un emploi durable : CDD, CDI, création d’entreprise…).

Mais aussi un engagement environnemental : une carte qui respecte les saisons et n’inclut aucune espèce menacée, une utilisation raisonnée de la viande (notamment de la viande rouge), des poissons et fruits de mer issus de la pêche durable, une décoration et un art de la table en grande partie issus du commerce équitable, des fruits et légumes en grande partie issus de l’agriculture biologique, un nouveau Laboratoire de production culinaire à la pointe de l’innovation environnementale, des concepts innovants et de nouvelles offres permettant de réduire l’impact environnemental, comme des plateaux repas inspirés des boîtes bento japonaises et qui limitent les déchets à la source.

 

 

Plus d’infos ICI

Move for hunger, les déménageurs roulent contre la faim

By | Economie, Revue de presse, Société | One Comment

Lorsque l’on pense à « la faim », on a en tête l’image d’un enfant du tiers-monde, voire d’une file de sans-abri devant la soupe populaire. Mais rarement celle d’une famille occidentale touchée par la précarité. Pourtant, dans un pays supposé riche et prospère comme les Etats-Unis, 50 millions de personnes peinent à se nourrir, soit 1 habitant sur 6. Dans le même temps, 100 kilos de nourriture y sont gaspillés par an et par habitant.

Notamment au cours des déménagements, lorsque l’on se débarrasse à la hâte de produits encore consommables. Voila ce qui a conduit Adam Lowy à fonder Move For Hunger dans son New Jersey natal. Enfant d’une famille propriétaire d’une entreprise de déménagement depuis 90 ans, il a eu l’idée de récupérer la nourriture abandonnée lors des changements de domiciles pour nourrir les familles en difficulté. Durant l’été 2009, il réquisitionne un camion de la société familiale et s’en va collecter le contenu de placards et frigos, qu’il achemine ensuite vers les banques alimentaires locales.

Le concept a vite franchi les frontières du New Jersey : 556 entreprises de déménagement, plus de 190 professionnels de l’immobilier et des dizaines de banques alimentaires participent aujourd’hui à la collecte des excédents alimentaires des Américains. Près de 1130 tonnes de nourriture ont ainsi été récoltées dans 47 États en 4 ans (2009-2013). Move for Hunger a déjà organisé en parallèle 175 opérations de collecte et 5600 déménagements à travers les Etats-Unis.

Avant de déménager, il suffit de s’inscrire sur le site moveforhunger.org pour voir le camion du déménageur le plus proche s’arrêter devant chez soi.  L’affluence des ces événements reflète la notoriété croissante de l’association, qui collectionne les prix et dinstinctions depuis 2010. Son créateur a même intégré la branche new yorkaise de la très en vogue Global Shappers Community, un réseau mondial de hubs « développés et dirigés par des jeunes au potentiel exceptionnel ».

« Ravi » de faire partie de ce gotha, Adam Lowy entend y contribuer avec cette maxime : « quelque soit le problème mondial contre lequel nous voulons lutter, nous avons besoin de partager des idées et de collaborer. »

Plus d’infos ICI

Marinaleda (Espagne), le village où la coopération est une réalité

By | Economie, Revue de presse, Société | One Comment

Depuis 1978, dans le village de Marinaleda en Andalousie (Espagne), tout le monde gagne le même salaire, qu’on travaille au champ, à l’usine ou dans les bureaux, soit 1128 € par mois.

De quoi bien vivre, puisque tous les services et le logement sont gratuits, ou presque. Les loyers sont en effet de 15 € par mois pour une maison de 90 mètres carrés. Le droit au logement est garanti : la municipalité fournit le terrain et la personne qui souhaite s’installer est aidée pour construire elle-même sa maison.

« L’accès à la santé, à l’éducation et aux activités culturelles est gratuit ou presque, ainsi que les services comme la garderie… Marinaleda a une taxation parmi les plus faibles d’Andalousie. Il y a beaucoup de travail à Marinaleda, comparé aux autres villages du coin « , lance Eduardo Valderrama, conseiller communal de ce village d’Andalousie, à la pointe sud de l’Espagne.

« Certes, la coopérative tourne au ralenti, touchée par la crise comme toutes les entreprises espagnoles. Certes, nous voyons la demande de travail exploser avec le retour de nos jeunes qui ont perdu leur emploi, mais le village parvient à limiter la casse. « 

Humar, la coopérative municipale et premier employeur du village, s’attache aujourd’hui à répartir le travail disponible entre tous afin d’assurer un revenu à chaque famille. Ainsi, si la crise touche tout le monde à Marinaleda, personne n’est pauvre. De plus, la politique originale de logement mise en place par la municipalité est parvenue à enrayer la spéculation foncière et à protéger les candidats propriétaires des expulsions, véritables fléaux en Espagne où 500 familles sont délogées chaque jour, faute de parvenir à honorer leur emprunt hypothécaire.

Il n’y a pas de vandalisme, par exemple, parce que tout a été construit par les gens du village. Si un jeune ou son père ou un ami a installé un banc, il n’y a pas de raison de le dégrader ou d’y faire des graffitis. Le fait que les budgets soient approuvés par tous contribue également à l’absence de délinquance ».

Le taux de chômage en Andalousie était de 31 % au début de l’année, contre 22 % en moyenne en Espagne. Un jeune Espagnol sur deux de moins de 25 ans est sans emploi. Le chômage est par contre totalement inexistant à Marinaleda.

Ecomalin, le magasin qui prône une autre manière d’acheter futé

By | Economie, Revue de presse, Société | No Comments
On gaspille on gaspille… existe t-il des solutions pour ne plus jeter autant de notre nourriture et de nos produit quotidiens, sans pour cela prendre des risques pour notre santé ? Il semble bien que certaines méthodes de distribution, complémentaires à la grande distribution, offre maintenant des possibilités raisonnables et raisonnées. Parfois on le sait, les surproductions sont tout simplement jetées. Il ne s’agit pourtant pas de mettre à la vente des produits périmés. La DLC c’est une date limite de consommation. Passée cette date, le produit doit être retiré de la vente. Plus souvent, c’est la DLUO ou date limite d’utilisation optimale qui va être atteinte. Le produit restera propre à la consommation.
C’est ainsi qu’un entrepreneur Ecomalin propose depuis 2009 ces produits à la vente en Charente Maritime.
Le panier moyen, comparé à un panier identique en grande surface, est à un prix inférieur d’au moins 30 pour cent (Parfois jusqu’à 80 pour cent). Le gérant doit donc faire avec ce que les industries ou grossistes lui proposent. Pas la peine de venir avec une liste de courses précise, la déception pourrait être grande ! Nicolas Verdavainne se veut « complémentaire » aux grandes surfaces, pas en concurrence directe.
« Il faut venir là sans idée précise, on fait des repas avec ce qu’on trouve, et parfois il y a de bonnes surprises », indique une habituée.
En revanche, Nicolas Verdavainne est clair : « Nous ne vendons pas de périmé ! » Parfois, la date sur les paquets de pâtes ou de miel est dépassée, mais le gérant goûte le produit avant la mise en vente. Et le client est prévenu, et peut privilégier les produits dont la date demeure valide. « Ici aussi on jette de la nourriture, comme tout le monde, mais on tente de trouver des solutions », note le créateur et gérant d’Ecomalin. Comme le 30 mars dernier, où il a pu sauver 100 kilos de saucisses : arrivées à échéance, elles auraient dû filer à la poubelle, mais à l’aide d’un cuisinier et d’une cliente engagée, un repas « anti-gaspi » à base de saucisse-lentilles a été offert.

Actuellement, il travaille avec des industriels et grossistes de Paris ou Marseille, mais il souhaiterait privilégier un partenariat avec les acteurs et producteurs locaux, dans une démarche plus rationnelle. Deux salariés travaillent au magasin de Rochefort. Un deuxième a  été  créer à Saint-Jean-d’Angély en 2012.

Belvas : la chocolaterie équitable

By | Economie, Environnement, Partenariat RTL Solutions, Revue de presse | One Comment

Belvas est devenue, en 8 ans, une des rares chocolateries « équitable » d’Europe.

Son chocolat haut de gamme est labellisé « Max Havelaar », ce qui garantit une juste rétribution aux producteurs des matières premières utilisées. Belvas s’est également tournée vers le bio. Ses nouvelles installations ont été conçues pour diminuer drastiquement l’empreinte écologique de sa production destinée pour plus de la moitié à l’exportation. Belvas a réussi a créé 15 emplois fixes en Belgique plus une dizaine de saisonnier :

« La moitié de nos travailleurs était des chômeurs de longue durée, ils sont engagés aujourd’hui en CDI. L’entreprise emploie aussi 4 personnes en situation de handicap de l’entreprise de travail adapté d’Enghien ».

Afin de propager sa démarche, Belvas permet à des chocolatiers concurrents de visiter son usine et leur transmet le nom de ses fournisseurs bio. La chocolaterie sensibilise également 300 jeunes par an à l’écologie et organise des visites de l’entreprise, préparées en amont avec les professeurs.

La présentation sur RTL belgique

Le site web de l’initiative

L' armoire des petits : Les garde-robes d'enfants se troquent sur internet

By | Economie, Revue de presse, Société | No Comments
Deux Bas-Rhinois ont imaginé un bon plan sur Internet, pour la garde-robe des plus jeunes (de 0 à 10 ans), qui devrait plaire aux papas et mamans.
Avec L’armoire des petits, Valérie Lacroix et Charles Galtier ont créé une plateforme communautaire qui propose aux parents d’échanger entre eux des vêtements devenus trop petits pour leurs bambins. Pratique, lorsqu’on pense « que lors de ses deux premières années, un enfant passe par 8 tailles de vêtements différentes », constate Charles Galtier.
« L’originalité ici, c’est que le troc se fait par lots », explique-t-il.
Composés de plusieurs vêtements du même sexe et de même taille, chaque lot vaut entre 80 et 100 €, mais les utilisateurs ne payent que les frais de port, s’ils choisissent de se faire expédier la marchandise. « La seule règle, c’est que pour choisir un lot, il faut en avoir donné un », soulignent les deux créateurs.
Ceux qui n’auraient rien à donner peuvent toujours acheter les lots, proposés à moins de quinze euros. « Ils sont certifiés. C’est-à-dire qu’on a nous-même contrôlé la qualité des vêtements puisque c’est souvent ce qui fait peur aux mamans », indique Valérie Lacroix, estimant que cette plateforme est dans l’air du temps : « Les gens sont à la recherche d’économies. On ne veut pas forcément d’habits d’occasion pour ses enfants, mais j’ai pas mal d’amis qui vont sur les bourses à vêtements… ».
Le site est ouvert depuis décembre et 300 lots sont aujourd’hui en ligne… en attendant de trouver de nouvelles armoires à remplir.
Plus d’infos ICI

Anticafé : le café parisien qui facture au temps passé et pas à ce qui est consommé

By | Economie, Revue de presse, Société | 2 Comments

Anticafé : c’est ainsi que l’on désigne en Russie un lieu de restauration inhabituel… et c’est aussi le nom qu’a choisi un espace partagé pas comme les autres, situé 79 rue Quincampoix, au Centre de Paris.

Son fondateur, venu d’Ukraine, bouscule les codes des cafés parisiens, lorgne du côté de concepts comme ceux de Starbucks où l’on vient autant travailler sur son portable ou sa tablette que boire un café, en s’inspirant des « tsiferblat » (littéralement « cadran de la montre ») de son pays natal, qui proposent boissons et nourriture à volonté, avec une facturation au temps passé.

Qu’il s’agisse de réfléchir à votre future start-up ou simplement de réviser des examens, d’avancer sur un travail en équipe ou juste de bavarder avec vos amis voire de jouer à des jeux de société, l’AntiCafé est donc fait pour vous et propose des espaces séparés pou chacune de ces activités.

L’originalité ? Contrairement à ce qui se produit dans beaucoup de bistrots, où l’on vous signifie assez vite que vous êtes déjà resté suffisamment longtemps compte-tenu de ce que vous avez consommé, l’AntiCafé vous facture le temps passé (entre 2 et 4 euros de l’heure) et ensuite, vous êtes libre de consommer à volonté thé, café, snacks, fruits … et naturellement le wifi très haut débit mis à la disposition des clients.

En prime, vous avez accès si vous le souhaitez à un projecteur, à une imprimante et à un scanner,… Et comme l’objectif avoué des initiateurs du lieu est que vous vous sentiez comme chez vous, vous pouvez aussi déplacer les tables selon vos besoins, emprunter des livres dans la petite bibliothèque et même amener de quoi manger ou une bouteille de votre vin préféré !

Soucieux d’animer la communauté de ses clients, l’AntiCafé propose aussi des ateliers, des conférences, des débats informels autour de personnalités stimulantes… mais aussi des projections de films d’auteur, des tournois de jeux de société et naturellement des événements personnalisés, pour toute occasion personnelle ou professionnelle.

Plus d’infos ICI

La Ferme Nos Pilifs : offrir un métier valorisant à la personne handicapée

By | Economie, Revue de presse, Société | No Comments
La Ferme Nos Pilifs est née d’une indignation face à l’exclusion des personnes atteintes d’un handicap sur le marché de l’emploi. Ou plutôt, du désir de leur apporter, une fois devenues adultes, la possibilité d’une vie digne et autonome. Comment y arriver ?
En 1984, Benoît Ceysens, l’actuel directeur, décide de lancer, avec son équipe, une vraie ferme dans la ville, pour offrir un métier valorisant à la personne handicapée.
Une diversité de métiers y sont développés : jardinerie, élevage de poulets fermiers, épicerie bio, entretien et aménagement de jardins « naturels » sans pesticides, estaminet, boulangerie artisanale, manutention, ferme d’animation pour les enfants…
Chaque activité développée se doit d’être adaptée aux capacités des travailleurs, mais aussi, socialement épanouissante, suffisamment rémunératrice, et respectueuse de l’environnement. « On sous-entend parfois que les personnes atteintes d’un handicap vieillissent prématurément, souligne Benoît Ceysens, le directeur. Pour nous, il suffit de leur offrir une activité valorisante et elles repartent ! ».
Outre ses activités « vertes », les bâtiments abritant les activités de la Ferme ont été construits de manière écologique. Un nouvelle construction, qui abrite depuis 2010 la section manutention, a été primé « Bâtiment exemplaire » en Région bruxelloise.
Isolé selon les standards passifs, il est recouvert de panneaux solaires qui permettent de couvrir 30% des besoins en électricité du bâtiment. Quant aux déchets du jardin, ils sont compostés avant d’être vendus ou réutilisés – notamment – pour alimenter la chaudière du nouveau bâtiment. Toutes ces démarches savamment combinées font de la Ferme Nos Pilifs un véritable havre de paix au milieu de la ville.
Les habitants du quartier empruntent le sentier vert pour les promenades en famille, au milieu des chevaux, des boucs et des poules, déjeunent au restaurant les produits de la ferme, et font leurs achats d’aliments sains à l’épicerie. « Les activités sont ouvertes sur le quartier, insiste Benoît Ceysens. Le contact a toujours été favorisé entre nos travailleurs et le monde extérieur. » Au niveau financier, la Ferme parvient à couvrir 60% de ses besoins grâce à ses activités. Le solde est pris en charge par les pouvoirs publics pour compenser notamment le manque de productivité et les frais d’encadrement des travailleurs. « Plus personne ne vit aujourd’hui d’amour et d’eau fraîche, plaisante Benoît Ceysens. La dimension économique est primordiale pour la réussite de notre projet et la rencontre de nos objectifs. »

 

La Ferme donne de l’emploi à 150 travailleurs dont 120 sont atteints d’un handicap modéré. La Ferme Nos Pilifs reste une référence de solidarité en Belgique. En offrant la possibilité à une centaine de personnes handicapées d’accéder à l’autonomie en exerçant des métiers non seulement épanouissants mais aussi bons pour l’environnement, la Ferme a contribué avec d’autres à casser la logique de « gardiennage » des personnes handicapées. Niché dans un des derniers coins de campagne de Bruxelles, Nos Pilifs se veut un lieu de détente familial ouvert à tous. La sortie de terre de 300 logements aux portes mêmes de la ferme constitue pour ses responsables un véritable défi en terme d’intégration.

 

Plus d’infos ICI

Beauvent : la coopérative produisant de l’énergie renouvelable et partageant ses bénéfices à ses associés

By | Economie, Environnement, Société | No Comments
Des familles du Westhoek cherchaient à construire une maison permettant de faire des économies d’énergie, sans pour autant faire de concessions au niveau du confort.
Le premier pas consistait à acheter des matériaux durables ; les panneaux solaires et l’énergie éolienne viendraient ensuite compléter le tableau. En découvrant que les petites turbines éoliennes n’étaient pas rentables, les familles se sont associées et ont commencé à convaincre leur entourage d’investir ensemble dans des turbines plus grandes. Cette démarche a marqué la naissance d’une coopérative qui compte aujourd’hui plus de 1850 associés.
BeauVent investit dans l’énergie éolienne, les panneaux solaires et le colza.
L’asbl ZonneWinDT se consacre quant à elle à la sensibilisation et au conseil en matière d’économies d’énergie.
BeauVent donne aussi l’exemple : la société a transformé un bateau-logement en bureau basse énergie, et ses employés se déplacent en train, en vélo, en scooter électrique ou en voiture d’entreprise roulant à l’huile de colza.
BeauVent est une société rentable qui crée les conditions financières permettant d’investir dans l’énergie renouvelable. L’asbl veille à ce que les bénéfices obtenus grâce à la production d’énergie boostent l’économie locale plutôt que d’alimenter de grands groupes aux capitaux étrangers. Une démarche qui crée des emplois et du savoir–faire locaux dans un secteur qui a de belles perspectives d’avenir. De plus, les associés ont également leur mot à dire dans la gestion de BeauVent.
Tous ont une voix à l’assemblée générale, quelque soit le nombre d’actions qu’ils possèdent. Ils sont régulièrement invités à participer à la prise de décisions ou à assister à des ateliers de réflexion sur des sujets spécifiques. On dit parfois que pour améliorer le monde, il faut commencer par soi-même. BeauVent nous en livre la preuve absolue!
BeauVent produit 5 500 000 kWh par an grâce à l’énergie éolienne et 2 000 000 kWh grâce à l’énergie solaire. « Aujourd’hui, nous avons une capacité qui nous permet de fournir du courant vert à 2142 ménages. Si nous réussissions à réduire de 25% la consommation de nos associés, nous pourrions garantir la consommation annuelle de 2800 ménages, explique Niko Deprez.
Plus d’infos ICI