Category

Economie

Et si on bradait des paniers alimentaires de produits moins beaux au lieu de tout jeter? – Var-Matin

By | Economie, FRSOL | No Comments

Dans les magasins primeurs Vert Tendre, on ne jette pas. Les fruits et légumes déclassés sont vendus dans des paniers variés, pas chers, qui partent comme des petits pains.

4,90 € les 5 kilos de légumes ou de fruits haut de gamme. Alléchant! C’est vrai, ils sont moins beaux que ceux des étales, un peu défraîchis, mais tout à fait consommables. Si cette enseigne de primeurs n’avait pas choisi de les brader en paniers variés, ils seraient partis à la poubelle.

Lire la suite sur : Et si on bradait des paniers alimentaires de produits moins beaux au lieu de tout jeter? – Var-Matin

EcoRéseau | La France des Solutions – Portrait de Christophe Osmont, agri-preneur

By | Economie, FRSOL | No Comments

A partir de ses 50 vaches, Christophe Osmont, qui a repris la ferme de ses parents, a su développer plusieurs activités. Une orientation intéressante, alors que la crise de la viande bat son plein…

«Je me présente aux gens comme étant agriculteur, mais j’ai surtout l’impression d’être chef d’entreprise. Bien sûr je me consacre aux travaux quotidiens de la ferme avec mon ouvrier et mes parents qui continuent de m’aider, mais j’organise des événements, m’occupe de la promotion, de la communication, définis des stratégies pour développer de nouvelles activités. En réalité je suis très souvent devant mon ordinateur à manier des chiffres », analyse Christophe Osmont, nerveux, qui garde un œil sur ses vaches gravissant un terrain accidenté pour aller paître dans une parcelle plus éloignée, imbriquée dans celles des voisins.

Lire la suite sur : EcoRéseau | La France des Solutions – Portrait de Christophe Osmont, agri-preneur

Dans les entreprises aussi, les déchets ont droit à une seconde vie – SudOuest.fr #FRSOL

By | Economie, FRSOL | No Comments

À La Rochelle, l’éco-réseau Biotop aide les entreprises à valoriser leurs déchets industriels.

L‘économie circulaire, quèsaco ? Partons d’un cas simple et concret : chaque mois, les hôpitaux de La Rochelle et Rochefort, en Charente-Maritime, jettent à la poubelle une tonne de linge ! Il n’y a pas si longtemps encore, ces ballots de draps, blouses et torchons à usage médical partaient à…

Lire la suite sur : Dans les entreprises aussi, les déchets ont droit à une seconde vie – SudOuest.fr

D.A.M.E.S : femmes dans le bâtiment, c’est possible

By | Economie, Revue de presse | No Comments

Aujourd’hui il existe encore des métiers qui restent presque exclusivement masculins. La société D.A.M.E.S tente de féminiser les métiers du bâtiment. Pas si simple.

Avec 20 ans d’expérience sur les chantiers, Leila Ouadah fait figure d’exception. Après avoir créé en 2002, une première structure dans le bâtiment, qui faisait exclusivement de la sous-traitance, cette dernière décide d’aller plus loin. En 2010, faisant le constat d’une absence quasi totale de femmes dans les métiers du bâtiment, Leila Ouadah décide de créer deux structures : L’atelier chantier d’insertion D.A.M.E.S (Dynamiques, Actives, Mobilisation, Économique, Sociale), qui s’occupe de la formation et de la professionnalisation de femmes, et l’entreprise d’insertion D.A.M.E.S, qui permet aux femmes formées de mettre tout de suite le pied à l’étrier.

Les structures créées, reste à trouver du travail. Leila Ouadah maîtrise son domaine. Elle est formée à la peinture, la vitrerie, le revêtement, la décoration et a même complété ces acquis avec une formation commerciale. Pour autant, elle ne peut pas tout faire toute seule, c’est pourquoi l’entrepreneuse travaille avec une équipe de cinq auto-entrepreneuses qui s’occupent du second œuvre : peinture, électricité, plomberie… La formation D.A.M.E.S est très sollicitée par les associations qui travaillent sur la thématique de l’emploi des femmes mais aussi par des femmes qui veulent réorienter leur carrière professionnelle.

« Les clients sont à 90% des particuliers. Nous avons très peu de contrats avec les institutionnels, nous n’y arrivons pas » déplore Leila Ouadah. L’entrepreneuse n’accable pas les institutions et a conscience des réalités économiques du marché : « L’insertion professionnelle a beaucoup souffert ces dernières années. Les problèmes récurrents de non-respect des délais peuvent rebuter, même si le travail est fait dans les règles de l’art ». Avec les particuliers, l’activité marche mieux ce qui n’empêche pas les malentendus : « La majorité des particuliers qui font appel à nous ont une démarche solidaire. Comme nous sommes une structure sociale, certains espèrent des tarifs bas, ce qui entraîne de rudes négociations… ». Social ne signifie pas en solde…

« C’est la troisième année d’exercice, on survit. Les institutionnels se disent séduits par le projet mais ils ne mettent pas la main à la poche » lance Leila Ouadah. Pour cette dernière, il existe un vrai problème de mentalités : « Le monde du bâtiment est machiste. Il n’y a aucune volonté institutionnelle ou politique de faire progresser la situation des femmes. Personnellement je n’ai jamais eu de difficultés dans ce métier, mais maintenant que je suis entrepreneuse dans le bâtiment, je me sens freinée. Pourtant le bâtiment est une mine d’or ! » Et c’est aussi la chasse gardée de la gente masculine.

L’égalité homme/femme n’est pas encore arrivée à percer tous les murs qui s’y opposent. Des structures comme D.A.M.E.S pourront peut-être commencer par les fissurer…

Source ICI

Té, traiteur éthique : L’insertion par la restauration

By | Economie, Revue de presse, Société | No Comments

Chez TÉ – Traiteur Ethique, l’innovation est culinaire, environnementale… mais aussi et surtout sociale. Son ambition est de proposer des postes à forte valeur ajoutée à des personnes en situation d’insertion professionnelle (commis, serveurs, logisticiens, chauffeurs…).

TÉ – Traiteur Éthique est construit selon un modèle économique qui exclut tout versement de dividendes à des personnes physiques. Lucrativité limitée et capitaux 100% associatifs : le modèle alternatif prouve que l’on peut bâtir et pérenniser une activité économique tout en ayant un fort impact social.

Les résultats sont éloquents : 60 personnes embauchées et formées chaque année, près de 500 personnes embauchées et formées depuis 2001, 79% de sorties dynamiques (sorties qui débouchent sur un emploi ou sur une formation), 54% de sorties durables (sorties qui débouchent sur un emploi durable : CDD, CDI, création d’entreprise…).

Mais aussi un engagement environnemental : une carte qui respecte les saisons et n’inclut aucune espèce menacée, une utilisation raisonnée de la viande (notamment de la viande rouge), des poissons et fruits de mer issus de la pêche durable, une décoration et un art de la table en grande partie issus du commerce équitable, des fruits et légumes en grande partie issus de l’agriculture biologique, un nouveau Laboratoire de production culinaire à la pointe de l’innovation environnementale, des concepts innovants et de nouvelles offres permettant de réduire l’impact environnemental, comme des plateaux repas inspirés des boîtes bento japonaises et qui limitent les déchets à la source.

 

 

Plus d’infos ICI

Move for hunger, les déménageurs roulent contre la faim

By | Economie, Revue de presse, Société | One Comment

Lorsque l’on pense à « la faim », on a en tête l’image d’un enfant du tiers-monde, voire d’une file de sans-abri devant la soupe populaire. Mais rarement celle d’une famille occidentale touchée par la précarité. Pourtant, dans un pays supposé riche et prospère comme les Etats-Unis, 50 millions de personnes peinent à se nourrir, soit 1 habitant sur 6. Dans le même temps, 100 kilos de nourriture y sont gaspillés par an et par habitant.

Notamment au cours des déménagements, lorsque l’on se débarrasse à la hâte de produits encore consommables. Voila ce qui a conduit Adam Lowy à fonder Move For Hunger dans son New Jersey natal. Enfant d’une famille propriétaire d’une entreprise de déménagement depuis 90 ans, il a eu l’idée de récupérer la nourriture abandonnée lors des changements de domiciles pour nourrir les familles en difficulté. Durant l’été 2009, il réquisitionne un camion de la société familiale et s’en va collecter le contenu de placards et frigos, qu’il achemine ensuite vers les banques alimentaires locales.

Le concept a vite franchi les frontières du New Jersey : 556 entreprises de déménagement, plus de 190 professionnels de l’immobilier et des dizaines de banques alimentaires participent aujourd’hui à la collecte des excédents alimentaires des Américains. Près de 1130 tonnes de nourriture ont ainsi été récoltées dans 47 États en 4 ans (2009-2013). Move for Hunger a déjà organisé en parallèle 175 opérations de collecte et 5600 déménagements à travers les Etats-Unis.

Avant de déménager, il suffit de s’inscrire sur le site moveforhunger.org pour voir le camion du déménageur le plus proche s’arrêter devant chez soi.  L’affluence des ces événements reflète la notoriété croissante de l’association, qui collectionne les prix et dinstinctions depuis 2010. Son créateur a même intégré la branche new yorkaise de la très en vogue Global Shappers Community, un réseau mondial de hubs « développés et dirigés par des jeunes au potentiel exceptionnel ».

« Ravi » de faire partie de ce gotha, Adam Lowy entend y contribuer avec cette maxime : « quelque soit le problème mondial contre lequel nous voulons lutter, nous avons besoin de partager des idées et de collaborer. »

Plus d’infos ICI

Marinaleda (Espagne), le village où la coopération est une réalité

By | Economie, Revue de presse, Société | One Comment

Depuis 1978, dans le village de Marinaleda en Andalousie (Espagne), tout le monde gagne le même salaire, qu’on travaille au champ, à l’usine ou dans les bureaux, soit 1128 € par mois.

De quoi bien vivre, puisque tous les services et le logement sont gratuits, ou presque. Les loyers sont en effet de 15 € par mois pour une maison de 90 mètres carrés. Le droit au logement est garanti : la municipalité fournit le terrain et la personne qui souhaite s’installer est aidée pour construire elle-même sa maison.

« L’accès à la santé, à l’éducation et aux activités culturelles est gratuit ou presque, ainsi que les services comme la garderie… Marinaleda a une taxation parmi les plus faibles d’Andalousie. Il y a beaucoup de travail à Marinaleda, comparé aux autres villages du coin « , lance Eduardo Valderrama, conseiller communal de ce village d’Andalousie, à la pointe sud de l’Espagne.

« Certes, la coopérative tourne au ralenti, touchée par la crise comme toutes les entreprises espagnoles. Certes, nous voyons la demande de travail exploser avec le retour de nos jeunes qui ont perdu leur emploi, mais le village parvient à limiter la casse. « 

Humar, la coopérative municipale et premier employeur du village, s’attache aujourd’hui à répartir le travail disponible entre tous afin d’assurer un revenu à chaque famille. Ainsi, si la crise touche tout le monde à Marinaleda, personne n’est pauvre. De plus, la politique originale de logement mise en place par la municipalité est parvenue à enrayer la spéculation foncière et à protéger les candidats propriétaires des expulsions, véritables fléaux en Espagne où 500 familles sont délogées chaque jour, faute de parvenir à honorer leur emprunt hypothécaire.

Il n’y a pas de vandalisme, par exemple, parce que tout a été construit par les gens du village. Si un jeune ou son père ou un ami a installé un banc, il n’y a pas de raison de le dégrader ou d’y faire des graffitis. Le fait que les budgets soient approuvés par tous contribue également à l’absence de délinquance ».

Le taux de chômage en Andalousie était de 31 % au début de l’année, contre 22 % en moyenne en Espagne. Un jeune Espagnol sur deux de moins de 25 ans est sans emploi. Le chômage est par contre totalement inexistant à Marinaleda.

Ecomalin, le magasin qui prône une autre manière d’acheter futé

By | Economie, Revue de presse, Société | No Comments
On gaspille on gaspille… existe t-il des solutions pour ne plus jeter autant de notre nourriture et de nos produit quotidiens, sans pour cela prendre des risques pour notre santé ? Il semble bien que certaines méthodes de distribution, complémentaires à la grande distribution, offre maintenant des possibilités raisonnables et raisonnées. Parfois on le sait, les surproductions sont tout simplement jetées. Il ne s’agit pourtant pas de mettre à la vente des produits périmés. La DLC c’est une date limite de consommation. Passée cette date, le produit doit être retiré de la vente. Plus souvent, c’est la DLUO ou date limite d’utilisation optimale qui va être atteinte. Le produit restera propre à la consommation.
C’est ainsi qu’un entrepreneur Ecomalin propose depuis 2009 ces produits à la vente en Charente Maritime.
Le panier moyen, comparé à un panier identique en grande surface, est à un prix inférieur d’au moins 30 pour cent (Parfois jusqu’à 80 pour cent). Le gérant doit donc faire avec ce que les industries ou grossistes lui proposent. Pas la peine de venir avec une liste de courses précise, la déception pourrait être grande ! Nicolas Verdavainne se veut « complémentaire » aux grandes surfaces, pas en concurrence directe.
« Il faut venir là sans idée précise, on fait des repas avec ce qu’on trouve, et parfois il y a de bonnes surprises », indique une habituée.
En revanche, Nicolas Verdavainne est clair : « Nous ne vendons pas de périmé ! » Parfois, la date sur les paquets de pâtes ou de miel est dépassée, mais le gérant goûte le produit avant la mise en vente. Et le client est prévenu, et peut privilégier les produits dont la date demeure valide. « Ici aussi on jette de la nourriture, comme tout le monde, mais on tente de trouver des solutions », note le créateur et gérant d’Ecomalin. Comme le 30 mars dernier, où il a pu sauver 100 kilos de saucisses : arrivées à échéance, elles auraient dû filer à la poubelle, mais à l’aide d’un cuisinier et d’une cliente engagée, un repas « anti-gaspi » à base de saucisse-lentilles a été offert.

Actuellement, il travaille avec des industriels et grossistes de Paris ou Marseille, mais il souhaiterait privilégier un partenariat avec les acteurs et producteurs locaux, dans une démarche plus rationnelle. Deux salariés travaillent au magasin de Rochefort. Un deuxième a  été  créer à Saint-Jean-d’Angély en 2012.

Belvas : la chocolaterie équitable

By | Economie, Environnement, Partenariat RTL Solutions, Revue de presse | One Comment

Belvas est devenue, en 8 ans, une des rares chocolateries « équitable » d’Europe.

Son chocolat haut de gamme est labellisé « Max Havelaar », ce qui garantit une juste rétribution aux producteurs des matières premières utilisées. Belvas s’est également tournée vers le bio. Ses nouvelles installations ont été conçues pour diminuer drastiquement l’empreinte écologique de sa production destinée pour plus de la moitié à l’exportation. Belvas a réussi a créé 15 emplois fixes en Belgique plus une dizaine de saisonnier :

« La moitié de nos travailleurs était des chômeurs de longue durée, ils sont engagés aujourd’hui en CDI. L’entreprise emploie aussi 4 personnes en situation de handicap de l’entreprise de travail adapté d’Enghien ».

Afin de propager sa démarche, Belvas permet à des chocolatiers concurrents de visiter son usine et leur transmet le nom de ses fournisseurs bio. La chocolaterie sensibilise également 300 jeunes par an à l’écologie et organise des visites de l’entreprise, préparées en amont avec les professeurs.

La présentation sur RTL belgique

Le site web de l’initiative