1er hackathon des médias de solutions : 7 développeurs et 2 journalistes lauréats !

By 21 juin 2018Hackathon

Le 1er Hackathon du journalisme de solutions s’est tenu samedi 9 et dimanche 10 juin à 42 (la formation en informatique gratuite et ouverte à tous créée par Xavier Niel). Une cinquantaine de participants de divers horizons (développeurs informatiques, journalistes, webdesigners…etc) ont pris part à cet événement inédit ! Avec le soutien de coachs, experts, pros des médias et de l’innovation, ils se sont attaqué à un défi de taille : concevoir et faire émerger des outils numériques pour aider au développement du journalisme de solutions et accélérer la cause de Reporters d’Espoirs.

L’équipe lauréate de ce 1er Hackathon du journalisme de solutions est…

« LUCIDE » ! Cette équipe de 7 personnes s’est constituée durant le défi, et a développé  un moteur de recherche dédié aux contenus de solutions. L’équipe est constituée de cinq développeurs -Florian Madura, Wadu Zaim, Jean-Ervan Yildiz-Dellac, Paul de Renty et Elian Carsenat- et deux journalistes, Rouguyata Sall et Katia Barillot.

Le projet en deux mots : Comment identifier et rendre accessible le journalisme de solutions à l’écosystème médiatique ? Grâce à Lucide, 1er moteur de recherche dédié au journalisme de solutions. Ce moteur permet de parcourir la presse selon divers critères et d’identifier les initiatives impactantes du moment.

 

Les 6 autres équipes en lice :

« METAVOX » avec Tiana SALLES, Kamel MALEK, Guillaume LODI, Nicolas ROBIN, Sabrina DE LANNOY, Boyan BARAKOV, Alexy BOURY, Florence Cazenove et Geoffroy Avé.

Le projet : Ces dernières années, les médias alternatifs ont explosé et les fakenews pullulent. Certains médias s’efforcent à posteriori de démonter ces intox. L’équipe de METAVOX propose d’aller plus loin : limiter l’apparition des fakenews, grâce au fact cheking.

METAVOX est une plateforme web, sur laquelle les citoyens expriment leurs avis et partagent leurs solutions. La liberté de ton est totale, sur n’importe quel sujet. Mais à une seule condition : les publications sont vérifiées, décortiquées par des journalistes et des citoyens, sur le modèle de Wikipedia. Cette plateforme propose ainsi une nouvelle forme de journalisme de solutions, initiée par les citoyens eux-mêmes, à disposition du public et utilisable en toute confiance par les rédactions.

 

« IDO, agrégateur de solutions 2.0 ». Samy MONNIER, Aurore PORET, Charles HUOT DE LONGCHAMP.

Le projet : face à la dispersion de l’information et au manque de clarté des arguments de solutions, cet agrégateur propose d’augmenter la visibilité des solutions et de débattre sur des initiatives. La démarche est la suivante :

* Sélection de sujets montants sur les réseaux sociaux autour des thème: #environnement #économie #social
* Production d’une synthèse des arguments avec un renvoi vers les articles-sources d’éditeurs référencés dans médiasig
* Référencement des solutions via  les contributeurs
* Propositions et débats autour des solutions
* Analyse des échanges, et conseil aux acteurs de la société civile pour la mise en œuvre de ces solutions.

 

 

« Propolis ». Herman LEFERINK, Stéphanie RIBAL, Marine SLAVITCH, Chaqui OROSTEGUI, Léopolod PICOT, Sokha HIN, Bénédicte GALTIER.

Le projet : un réseau social permettant la mise en relation de citoyens, journalistes et porteurs de solutions. Les citoyens y postent photos et vidéos d’initiatives identifiées dans l’espace public. L’ensemble de ces contributions alimente une base de données sur laquelle les journalistes pourront s’appuyer pour effectuer leur veille. Le moteur de recherche qu’utilise le journaliste dispose de filtres pour affiner la recherche.

 

 

« FoundAction ». Simon FREYBURGER, Loïc MANGIN, Maud BUCHWAALTER, Hieu TRUONK, Thomas CHARREPRON, Adrien BOSSI

Le Projet :

Le rôle de Found Action est double : faciliter le travail des journalistes avec un « super-annuaire » des initiatives, et permettre aux porteurs d’initiatives de se faire connaître, avec des informations à jour et directement exploitables. Via un chatbot, les porteurs d’initiatives sont invités à actualiser / compléter et valider les informations sur leur initiative. Ce chatbot posera des questions pour obtenir les infos utiles aux journalistes afin de rendre « digeste » un super-formulaire construit en étroite collaboration avec des journalistes, pour le rendre pertinent. La base d’initiatives ainsi créée sera directement exploitable par les journalistes, régulièrement contrôlée et actualisée.

 

« Ekklesion ». Lorenzo Farnetani, Mathias Schmitt et Thomas Serre.

Le projet : comment développer le journalisme de solutions et accélérer la cause de Reporters d’Espoirs ? Avec une plateforme de vente aux enchères, auprès des médias, d’articles rédigés par des journalistes sur des sujets proposés et/ou choisis par les futurs lecteurs.

 

 

 

 

 

« La boîte à solutions ». Léa Sanchez, Aurélie Franc, Guillaume Michaud, Perrine Le Parc, Fabiola Dor, Elisabeth Petibon, Claire Commissaire.

Le projet : beaucoup de journalistes ont envie de mettre en valeur des initiatives. Mais trouver des idées de sujets adaptés au domaine qu’ils couvrent et au journal pour lequel ils travaillent n’est pas toujours simple. Certains reçoivent de nombreux mails, leur présentant des projets parfois sans aucun lien avec les thématiques qu’ils traitent. A l’inverse, d’autres ont parfois du mal à trouver des idées de sujets.

L’idée est donc la suivante : permettre à la communauté des journalistes de s’échanger rapidement et facilement des sujets grâce à une plateforme nommée “La Boîte à Solutions”. Il s’agit d’un outil de veille collaborative, s’appuyant sur l’entraide entre journalistes et la volonté de donner une seconde vie aux nombreux mails envoyés par des citoyens ayant mal identifié le journaliste qui pourrait être leur interlocuteur.

Postez un commentaire